La relaxation peut être adaptée aux enfants.

La relaxation peut être adaptée aux enfants.

La relaxation enfant, c’est facile, et même fun! Si votre enfant n’arrive pas à se dépêtrer d’une émotion un peu trop forte, ou qu’il est survolté à un moment qui devrait être calme, ou si, tout simplement, vous avez envie de le détendre pour qu’il se sente bien, la relaxation est toute indiquée.

Deux méthodes majeures peuvent être citées, celle de Bergès J. et celle de Wintrebert H.

La méthode Bergès reprend les apports techniques de Schultz et d’Ajuriaguerra. Elle se pratique en cure individuelle ou en groupe. La prise en charge dure de six mois à un an, à raison d’une séance hebdomadaire. Il y a différentes phases :

1. Phase de concentration mentale : « pense à un souvenir où tu t’es senti calme […] prend une photo ou une carte postale qui te plait et que tu trouves calme ». La consigne est répétée trois fois.

2. Phase de rappel de son corps (en touchant les différentes parties du corps nommées) : « pense à ton épaule (toucher), à ton bras (toucher), à ton avant-bras (toucher) … ».

3. Détente neuro-musculaire : « pense à ton épaule qui se repose, ton bras … (sans toucher) ».« Maintenant je mobilise ton bras, ton avant bras, ton épaule … » (ces mobilisations permettent de resituer le corps de l’enfant dans l’espace).

4. Suggestion : « tu sens ton corps lourd qui s’enfonce, tu le sens descendre vers le sol … ».

5. Reprise.

La méthode « activo-passive » de Wintrebert, quant à elle, que nous développerons plus en détail, tire son originalité du contact physique important entre le relaxateur et l’enfant.

– La prise en charge s’effectue à raison d’une séance par semaine.

– Pendant au moins une année scolaire.

– Entretien préalable.

Séance d’observation : étude de l’hyperexcitabilité et la maintien de la vigilance (Utilisation du métronome. A l’arrêt du tempo l’enfant doit faire un mouvement, on observe les anticipations, la stabilité ou l’instabilité posturale pendant l’attente).

– Étape de la « régulation du tonus par les mouvements passifs »: le thérapeute effectue des mobilisations lentes, régulières et monotones, jusqu’à disparition de toute résistance ou participation active de la part de l’enfant.

– Étape intermédiaire: dite « phase d’immobilité » Celle-ci débute lorsque la détente globale est facilement obtenue par le mouvement passif. Le thérapeute indique alors à l’enfant par des contacts légers les différentes parties de son corps. Il propose également quelques inductions verbales : « pense à ta main qui est calme,détendue … », « pense à ton front qui est lisse, relâché … ».

– Troisième étape : L’enfant réalise lui-même des mouvements avec temps mort : élévation-chute, prise d’attitude, contraction-relâchement. De même, lui sont proposés des exercices respiratoires.

– Dernière étape : La «réadaptation des mouvements». On associe les différents mouvements et attitudes de la vie courante à ces états de relaxation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :